Les cadrans solaires de la cathédrale Sainte Cécile d’Albi

Castor et Pollux, les cadrans solaires de la cathédrale Sainte-Cécile ont été réalisés en 1658 et peints à la détrempe.

Ils sont les plus sophistiqués du monde et résument à eux seuls la cosmographie du XVIIème siècle :

  • la position de l’équateur, le tropique du Cancer et celui du Capricorne
  • les 12 mois de l’année
  • les 4 saisons
  • les signes du zodiaque
  • et l’heure


Ils sont situés sur la façade méridionale de la cathédrale, sur les deux pans vierges du baldaquin orientés à l’est et à l’ouest. Ils respectent une symétrie absolue, un partage du temps parfait.

Pollux représente l’Orient, il est le symbole du christ ressuscité, de l’immortalité. L’ange musicien évoque le paradis.

Castor évoque la dernière chance de changer son existence, un ange tend la main à cet effet. C’est le cadran de la mortalité.

Lorsque vous découvrirez la cathédrale, n’oubliez pas d’examiner le baldaquin, c’est à dire le porche d’entrée, entièrement sculpté dans la pierre blanche et vous remarquerez les plus anciens cadrans solaires du monde.

M BENOIT, membre de la société astronomique de France, restaurateur des cadrans d’Albi
Pour l’office de tourisme d’Albi

Commentaires
One Response to “Les cadrans solaires de la cathédrale Sainte Cécile d’Albi”
  1. valerie dit :

    On en apprends tous les jours, merci fabienne pour ce post. je vais, de ce pas, admirer Castor et Pollux !

Laisser un commentaire